Publié par : SCHRECK Rébecca | 11 avril 2014

THE LETTER IS BACK

 

My Love, Mon Amour, Mon Âme Sœur :
A la sortie de l’école, du lycée, du boulot,
Pendant des années je t’ai attendu.
Je t’ai chercher partout mon alter-ego ;)

Tu m’es apparu sous forme de sculpture,
J’ai su à partir de ce jour que tu existais…
Tu m’inspirais, je t’écrivais des poèmes,
Dans toutes mes histoires tu te trouvais.

Rien ne s’y opposa quand tu es survenu.
Tout de suite on est sorti des sentiers battus.
On s’est bel et bien rencontré à mes 29 ans.
Ensemble on a fêté tes 21 ans dignement.

Moi aussi je voulais mon Prince Charmant !
Ainsi tu me regardes et me parles tel un ange.
C’est à moi de tout faire pour te garder,
Car aujourd’hui je t’ai enfin trouvé.

Pourquoi je parle de retrouvailles alors qu’on s’était jamais vu ?

Bien sûr j’avais déjà cahin-caha vécu sans toi…
Simplement ce qu’il me fallait ce fut un amant.
Même que j’aurai pu te découvrir avant.
Je veux me dire que dans 10 ans tu seras là.

 

Que rien ne s’arrête face à ma passion…
Contre vents et marrées on se battra ;
Comme notre barque nous mène chaque année
Sur les flots bleus de la destinée.

Together même pour les mauvais moments.
On s’aime depuis à tous les instants.
Voilà ça a duré pendant tout ce temps !!!

Je serai présente dans tous tes lendemains,
Car ta folie me berce chaque matin.
Lorsque je pose mes doigts sur ta main :
Une chaleur brillante m’illumine.

Là je sens des vibrations émoustillantes.
Alors tout au creux de mon cœur,
Tout de suite je cueille les fleurs du bonheur
En récoltant tous tes élans de douceur.

Aussi, tu mènes à bien nos désirs communs.
A mes yeux c’est donc le meilleur chemin.
Comme si toujours ce sera mieux demain.
Pour y arriver, la fin justifiera les moyens.

 

Publié par : SCHRECK Rébecca | 11 avril 2014

Les doigts de fée

La petite femme aux doigts de fée.

Aujourd’hui elle se révèle diseuse de Bonne Aventure.
Voici son histoire…

La voyante lit dans la paume des mains.
Surtout c’est pas la peine de s’emballer,
Si elle sort la Kabale, là faudra s’alarmer.
Sitôt pourrait lancer un sort à certains…

Pour l’instant s’attache à être concentrée ;
À sa tâche elle ne veut s’éparpiller en vain.
Sa boule de Cristal montre la personnalité,
Le moindre reflet a un intérêt, voire de loin.

Madame donne le verdict, s’agit d’analyser.
Elle a réfléchi sur le sujet, là c’est opportun.
Elle dévoile sa prophétie qui renvoi au passé.
Le présent se relie à l’être, ainsi le maintien.

Ce va et vient donne le ton de la destinée,
Etant donné que le futur ne montre rien ;
La prédiction de l’avenir reste à inventer !
Les rêves se matérialisent, pour d’aucuns.

De toute façon, derrière la Vie, c’est vacuité.
Le miroir d’illusion fait subir une vie de chien.
Et devant l’existence, ici, se trouve la réalité ;
Tout le monde s’accorde, antonymes si bien.

Ensuite la cartomancienne reprend de l’activité.
A cet instant apparait la bénédiction des Saints…
L’unique présage évalue la teneur de l’actualité :
La roue tourne, ça roule, personne en revient !!!

La Dame tire le tarot afin de sortir la Vérité :
Au-delà de l’aléatoire prendre le bon chemin.
Une fois les cartes triées elle en sort un tiré :
Mène à la réalisation de l’imagination, putain !

Un profile défile sous ces arts divinatoires. Eh !
L’individu est libre de le prendre pour sien.
Les adultes se révèlent en gamins éveillés.
Tout dépend de la personnalité de chacun.

Publié par : SCHRECK Rébecca | 11 avril 2014

Dark Tekno

https://soundcloud.com/barhacka-and-co

 

D’abord tu mets le son à Fond,
Ensuite tu pars en vrille à Donf.
La music comme une sentinelle
Entraîne la foule avec elle.

Les têtes ondulent des bras en haut.
La salle à çaaà dans la peau.
Les pas de base dansent en rythme.
La danse des basses devient un mythe.

Résonnance de caissons cultes,
Les oreilles l’écoutent occultes.
Tous ces kilos envoient du souffle,
Le groove du DJ s’y engouffre.

Tu aimes la Minimale comme Tempo.
Nous sommes les enfants de la Techno.
Dans le berceau de l’électro.
T’inquiète t’écoute d’la Dark Techno.

Publié par : SCHRECK Rébecca | 11 avril 2014

Comment dire

"COMMENT DIRE HU Comment dire Mes penchants il les sent Il me dit Tu m’attire je vais pas prendre de gant Il ne fait pas dans la dentelle

Il me dit Tu m’excite je sais pas faire de sentiments Direct je met mes jarretelles

Comment dire…

La lumière éclaire entre les draps Ca sent bon au travers des linges

Dans l’odeur fine d’after shave Il me dit Ton parfum se mèle à mon odeur

Je le sent il m’attire je transpire

Il me dit Colle ton ptit corps au mien… Je l’excite ça se sent

Comment dire

Il cherche ma bouche à sucer ! Je lèche son corps lisse et soyeux. Son bonbon entre les mains, Je l’embrasse, l’eau au bord des lèvres.

Hum comment dire, je la sent L’envie en moi besoin de lui Très rapidement il me comprend

Il me prend il me donne il me tire Je l’adore, tout est flou dans l’élan…

Comment dire…

D’un cri rauque il sort ses tripes Ca jaillit comme une gerbe de fleurs

Il me sert si fort contre son corps Je m’abandonne glissant en un râle

Comment dire Il m’a prise, je suis en cahoutchouc dorénavent

Comment dire Tout mon corps se détend

Las, je trésaille encore au pou qui frappe en rythme.

Comment dire

Ce sont les sensations de vertige…

Comment dire… Hu Comment dire Hummmm…."

Publié par : SCHRECK Rébecca | 11 avril 2014

Notre maturité d’hommosapien est en progression linéaire, parallèlement à l’évolution de nos ancestrales civilisations.

Dès l’origine, l’original émerge du chaos dans l’infini des possibles de la création.

L’énigme de la vie et de la mort est une phrase sans un début ni une fin.

Résumé en un mot d’une parcelle de siècle exploré d’une traite.

Blotti dans nos corps, véhicule en kaléidoscope d’une mosaïque de l’univers et de ses multiples facettes.

Les premiers hommes traversèrent l’ère glacière en jugulant les frontières naturelles au service de la survie de leurs espèces.

Nonobstant le néant, suppléant de la vie…

Ils portent en eux ce que nous portons en nous :

Le message individuel d’un individu méssagé.

 

Publié par : SCHRECK Rébecca | 11 avril 2014

J’accorde les basses

Branchez les caissons. Sortez le son…
Accordez les Basses
One two tree for… Règle les Beats.

Montre le mouvement, lève ton doigt en l’air.
Module les plug-ins pour l’effet qui tabasse.
Modèle notre envie sur les notes que tu aimes.

Le désir de music est hors limite des cœurs.
En soirée, la music prend le pas sur le reste.
Ta vie privée en pâtit quand tu sors en party.

Reserve ton temps de libre, on a besoin de toi.
On marche sur tes pas dans le chemin du tempo
Eprouve le plaisir procuré, partagé entre nous.

Toi, tu es l’instrument dans la composition.
Les machines se chargent d’envoyer du souffle.
Le choix t’es réservé d’un rendu en Reverse.

Avec ces quelques vers au milieu
Si t’envoie du lourd dès le début,
Nous on est content jusqu’à la fin.

Publié par : SCHRECK Rébecca | 2 septembre 2013

NO LIMIT

 

Le BIO fait suite à une industrialisation et la Consommaction.
Le CLIENT est devenu Consommateur matraqué par la pub.

Jean-Pierre GALLAND, José BOVé, l’Altermondialisme marche.

C comme un rejet des pullulantes graines Monsanto par notre Terre.

Tout ça va dégager, c le combat des citoyens contre la Suprématie :
La non concurrence et les états de Droit que protègent les puissants.
Peu nombreux mais aux bras longs, ils savent manipuler en dirigeant.

Sans résistance, ils matent les derniers réfractaires avec le chantage…

Le POUVOIR peut certainement se gagner par la force,
Et le RESPECT s’impose devant les Supérieurs…

Mais de l’HUMILITé chez l’individu qui dévoile les dessous de la masse,
se doit d’être ouvertement développer afin d’éviter un délit pour l’Humanité
car la population décide du devenir des nombreuses personnes isolées.

Certains meurent de l’Individualisme que revêtent sans âme
les gens passant comme des fantômes devant eux !

Pourtant un Homme éveillé en vaut milles autres…

Il faut dire aussi que les gens en grand nombre
constituent l’essentiel engrenage de l’achat.

Dire qu’il suffirait de ne plus acheter pour que ça ne se vende plus…

Déjà, si ce sont des Lascars au pouvoir à qui on donne du fric,
il s’agirait plutôt de s’éduquer à son niveau pour moins se laisser avoir !
Rester à notre place malgré la peur des représailles,
Puis réagir face aux injustice que l’on voit autours de soi.
Cette présence active aura un effet pacifiste face à la violence !!!

Est ce plus facile de fuir en abandonnant sa fierté ?

Alors OUI, Trop d’indulgence nuit à l’intégrité.
Plutôt se battre pour la protection de sois-même et de son entourage…

Pour qui passerions nous outre ces outranciers défauts qui nous empoisonnent ?
Notre cause aurait donc une image bien laxiste !

Aujourd’hui le Monde est derrière nous…

On se fait traiter de numéro, alors affirmons cette individualité.
Une personne égale quelqu’un, si des révoltés le comprennent
alors ceux qui ont tout perdu vont aussi s’engager !

Signant des pétitions
Discutant du Monde
Sortant dans les rues
Redevenant une personne sociable.

Je sais pas, je sais plus…

Mais le changement part de l’individu…

Y a t’il encore besoin d’écrire sur tout ça ?

Tout le monde est au courant.

Vue que l’inspiration se fait courte,
mieux vaut expirer du gaz carbonique.

La boucle est bouclé.

Publié par : SCHRECK Rébecca | 9 août 2013

Touti va bene à la CAZA des Baraques à caissons :)

Alors profite en de cette merveille de TECHNOLOGIE !
Instruments ou machines, si bien des platines. Tout est bon !!!

Yallah music, le son, l’image, les lights, la voix et la parole…

Y fais bon vivre ici, mais ailleurs c’est toujours mieux…

La suite, on l’a connait, elle coule de source,
puisqu’on a fait les bons choix au préalable.

Ceux d’un mouvement générationnel,
dissimulé mais décelable à l’œil nu.

Le corps s’éveille aux sensations.
Les impressions intimes sont tenaces.

Personne ne lâchera l’affaire,
Les directions sont toutes tracées,
déjà empruntées par de nouvelles destinées
à l’allure déterminée, au pas bien affirmé des guerriers.

La grande roue de la fête "foraine" tourne dans les airs.

Les petits rêvent de faire la vie à ces trente/quarantenaires.
Les jeunes d’aujourd’hui sont les décideurs de demain…

Un monde merveilleux se profile pleins de résultats.

Comme pour une fois le bonheur est bien là dans nos bras,
juste à se baisser pour voir ce qui se passe la bas en bas…

Reste à soigner ce bout de vie dont l’existence est notre parallèle,
afin de réserver le meilleur à venir à la jeunesse, donc à l’humanité,
en cultivant les graines du bonheur pour récolter ce que l’on sème.

Le développement de cet amour se fait dans la transformation.

D’abord il y a le regard, ensuite la perception d’être vue…
Les mouvements du corps révèle s’il y a de l’attention à soi,
Des frôlements sont ressentis comme tentative d’approche…
Le tout prépare chacun de nous à appréhender la rencontre.

Si tout se passe bien il y aura encore la barrière des différences…
Il s’agit de développer la compassion et d’apprendre la tolérance.

Afin d’agir et de réagir sur de bonnes bases, entamer la discussion…
Donner du poids aux mots pour une solide entente dans la relation.

Dites vraiment qui vous êtes et soyez vous même tout de suite,
Cela vous sauvera des cas de relations tronquées, pire hypocrites.

La lutte pour le bien-être fait ses premiers pas dès la naissance,
après avoir réussi à traverser le XXème siècles révolutionnaire,
Le pacifisme et le spiritualisme du XXIème encore dans l’enfance,
elle entre, part les ramifications de l’arbre généalogique, dans l’aire.

Publié par : SCHRECK Rébecca | 8 août 2013

English

PI est toujours la réalité Infini
Histoire concernant la chimie
Un récit illustrée de la chimie

Mon état contre mon corps
Solide dans de l’espace vide
Espérant être ou ne pas être

Touché spirituel venant de Worly
Inspirant une simple appréciation
La porte ouvre sur mon esprit seul…

PI is always infinity reality

Chemistry bring a history

Story speak of Chemistry

 

Solid of the space empty

My condition v.s my body

To be or not to be happy

 

Spiritual touch from Worly

Inspire enjoy every simply

Doors open my mind lonely

 

Publié par : SCHRECK Rébecca | 8 août 2013

Les amants

Tu aurais été si beau
enveloppé d’un pull.

Près d’une cheminée cartonnée
Tu aurais eu la carcasse réchauffée
et la voix moins enrouée.

Je t’attend sur le pont neuf,
les feux d’artifices fusent.

Les pavés retournés
me ralentissent le pas.

Merci d’avoir fait ce feu ;
feu de joie et de partage.

Nous serons bientôt loin,
sur la route du plaisir.

Older Posts »

Catégories

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.