Publié par : SCHRECK Rébecca | 23 mai 2009

L’homo sapien

Conscience d’une situation.

Un homme me regarde. Ose. Seulement.
Les mots se forment sans compréhension de ma part.

Ma parano se forme. Il le sait.

discontinuité de la pensée

Arrêt brutal du champ d’observation
Je reste seule. Froide et désinvolte

Tu ne sais rien. Ne me doit rien. OUBLI.

Tes douceurs d’homme brutal me poursuivent
Il ne me reste que ton souvenir


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :