Publié par : SCHRECK Rébecca | 28 novembre 2012

Un autre Temps

Ôh TRIBAL !

 

Tu arrives par tous les fronts. De tech » à tatoo » ça déboite. Tu es au TOP.

 

Le Top du Tribal c le bar électro qui animait mon village.

 

Y avait moyen avec les Spirales d’imaginer de jolis dessins colorés.

 

Mettre en valeur ce courant, dit des tribus soit d’Afrique Noire ou d’Amérique Latine, s’est présenté comme une évidence à notre époque dont les mentors produisaient du son.

 

Les TRAVELS de ces musiciens sentaient le partage, l’échange, la découverte, les connaissances. Chacun y mettait du sien pour démocratiser les bons gens.

On se réunissait au court de leurs haltes dans des lieux cachés pour s’enrichir de leurs savoirs.

 

Nous on dansait, eux ils jouaient, sans mot d’ordre à part la fête, la free, le rêve.

 

Les party, assemblées de Raveurs, sentaient l’encens, la nature et l’eau s’accompagnait d’un délire sans nom. Il suffisait d’en boire une gorgée pour se retrouver comme Alice au Pays des Merveilles.

En guise de sucettes, les Belles tétaient du goulot à s’en remplir la pense pour éclairer les consciences trop étroites ou trop saine d’esprit, ce qui leurs permettait d’ouvrir et de voir au delà des Portes de la Perception.

 

Les plus beaux spécimens de mecs comme à leurs habitudes, trônaient en haut de l’affiche comme gourmandise à chaparder.

 

Les copines étaient de vraies amies, au cœur sincère même quand elles nous reprenaient en cas de délire, c’était « rentre à la maison, s’en est trop ».

 

Soif d’Amour et de Vie, le corps s’essoufflait sur la piste et se gonflait de toutes les rencontres d’un autre âge que l’on y faisait.

 

C’était bien et calme.

Le monde était en pleine santé et personne ne critiquait comme maintenant.

Ils ne connaissaient pas nos vies, on était encore secret avec des zones d’ombre pour séduire.

 

Le Silence d’une personne lui donnait plus de poids dans les discussions par ses longues réflexions solitaires.

 

On était tous plus jeune et plus beau, ça scintillais le bonheur d’être enfin réunis pour la bonne cause sans se soucier du lendemain.

 

Même si c’était illégal, ça n’était pas officiel, on ne se faisait pas emmerder par les autorités.

 

Chacun vaquait à son rythme, chacun sa vie, chacun son destin avec Mc Solaar.

 

Au début des années 90, les gens étaient insouciants et gentils.

Pas de problème de sommeil, pas besoin de dormir !

 

Qu’est ce qu’on s’est éclaté quand même, sans problème.

Sans emmerder quiconque, on se mettait la tête.

Sans rendre de compte.

 

Nos parents étaient plus indulgents.

Ils nous laissaient faire ce qu’on voulait.

Nos expériences nous appartenaient.

 

Ils avaient confiance en leurs petits pour l’avenir.

 

Et oui on s’en est bien sorti maintenant, malgré la perte de certains, la plupart des anciens font de la music et leurs places sont respectées internationalement.

 

Même si c la relève, ils en ont dans la cervelle pour perpétuer la bonne humeur du milieu TECHNO.

 

Image


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :