Publié par : SCHRECK Rébecca | 7 décembre 2012

Le mystère de ce qui n’existe pas

La vie est une pute

faut la mater cette Lopsa.

http://soundcloud.com/crock83

Crock Crk Opulsif

 

Le mystère de ce qui n’existe pas,

transcende la tête du schizophrène.

 

Son cerveau le tiraille de tous les côtés.

 

Seul, il ne voit qu’une vérité à se prouver.

Il se base sur une confiance en ses sens.

Ce qui bouge, en volume, en couleur, actif ;

devient un sujet imposé  au questionnement…

 

Il a franchit l’étape, ne peut plus reculer,

c’est le début d’une bouffée délirante.

 

L’analyse va peut-être commencer.

 

Il cherche la lumière dans ce marasme,

pourtant il choisit le côté sombre plutôt.

C’est que la maladie prend le dessus

pour ce passage rapide au pessimisme.

 

Encore lucide sur son propre comportement,

il s’éparpille par contre pour celui des autres.

 

Sa pensée s’emporte, elle se dissocie du corps.

Elle l’infériorise, il l’a croit plus grande que lui.

 

D’un coup d’œil, l’homme se fige, alerté

Quelque chose de suspect l’a surprit.

Il s’agite, perd à peine les pédales.

Il s’agit d’un élément étranger à l’anodin,

car l’image, le son sont soudain transformés.

 

TOUT LE MONDE REMARQUE CE MALAISE

 

L’individu se contraint à être rabaisser…

 

Tout en lui manque de confiance.

 

Il alarme l’assemblé sur son état :

comme un mouton qu’on mène à l’abattoir

Il laisse surgir des mots dans un parlé forcé…

 

DES REGARDS FUYANT SE SUCCÈDENT, INSISTANTS.

 

Il se rétracte, se recroqueville afin de les éviter.

Le moindre contact est interprété, catalogué.

 

L’homme juge ce qu’il voit et entend,

sans pouvoir y consacrer son attention.

 

Il accumule des raccourcis due au manque de patience.

 

Dissipé, tout s’embrume, il oubli le huit clos.

 

Il dit qu’il ne comprend rien à ce qui se passe.

 

Tant d’informations dont il comprend tout :

 

– Le sens des actes = accumulations d’interprétations

– La place des objets en signification constante

– La modification des émotions ressenties

– La part d’ombre omniprésente ici-même.

 

Plus on se souci de lui, plus ça s’embrouille.

 

La conscience n’est plus dans son monde.

Il est vide, il fait corps avec les murs.

 

Les invités sont devenus des êtres,

désemparés devant tant de mal être,

ils cherchent à rassurer cet personne chère,

pendant que lui, les imagine désincarnés.

 

Il dramatise chaque petite chose quotidienne,

Le sortilège les transforme en cauchemars.

 

QUE FAIRE QUI AIT DU SENS ?

Plus rien n’a de sens.

 

… Il s’abandonne dans le néant…

 

Et, réapparait le jour hebdomadaire.

Enfin il entend les paroles et les actes sensés

de son psy, infirmières et personnel médical.

 

ADIEU cette cohorte de problèmes simplifiés,

cette cacophonie de sensations désordonnés,

qui trottait dans sa tête, comme un flottement

flattant une âme intransigeante et vindicative.

 

La camisole chimique comme issue aux symptômes

de la pourriture du destin par un égo désaxé,

face à ce tourbillon de charlatant qu’est sa vie.

 

L’ESPRIT PEUT ENFIN HABITER DANS CET INCARNATION.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :