Publié par : SCHRECK Rébecca | 11 avril 2014

Notre maturité d’hommosapien est en progression linéaire, parallèlement à l’évolution de nos ancestrales civilisations.

Dès l’origine, l’original émerge du chaos dans l’infini des possibles de la création.

L’énigme de la vie et de la mort est une phrase sans un début ni une fin.

Résumé en un mot d’une parcelle de siècle exploré d’une traite.

Blotti dans nos corps, véhicule en kaléidoscope d’une mosaïque de l’univers et de ses multiples facettes.

Les premiers hommes traversèrent l’ère glacière en jugulant les frontières naturelles au service de la survie de leurs espèces.

Nonobstant le néant, suppléant de la vie…

Ils portent en eux ce que nous portons en nous :

Le message individuel d’un individu méssagé.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :